AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

 ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage



Karen Bishop
→ messages : 2646
→ job : Institutrice
→ quartier : Panther Creek
→ avatar : Gemma Arterton
→ crédit : lis le sur l'avatar
→ multinick : anciennement Chandler, Asher, Sawyer & Havana


a pinch of salt
→ âge du perso: 25 ans.
→ fiche de relations:

MessageSujet: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 19:03



Karen Bishop

NOM: Bisphop PRENOMS: Karen, Janet (mais rares sont ceux à connaître son second prénom) AGE: 25 ans PROFESSION: institutrice QUARTIER: Panther Creek, et vive le jauuune AVATAR: Gemma Arterton, la radieuse



Cette histoire commence à Woodlands, petite ville du Texas fort chaleureuse et accueillante où il fait bon vivre, paraît-il. C’est ici qu’une histoire d’amour commence entre Bonnie Carpenter, jeune demoiselle ayant toujours vécu dans cette charmante ville, et Sean Bishop, jeune anglais fuyant les folles ambitions de son père, et se retrouvant ici pour rendre visite à un ami. Elle avait vingt ans, et lui, cinq de plus. Mais cette différence d’âge leur importait peu, et ainsi naquit une grande histoire d’amour. Tout allait bien dans le meilleur des mondes, ou presque. Car la famille Bishop n’était guère heureuse de savoir leur fils au Texas, et qui plus est dans une ville dont le nom leur était totalement étranger. Sans compter son orientation professionnelle. Sean était pourtant destiné à être un brillant avocat dans le cabinet de son père, très réputé à Oxford. Mais voilà qu’il avait décidé de rester à Woodlands et de devenir architecte. Autrement dit, les Bishop ne virent pas d’un bon œil cette relation. Mais une chose était sûre : ils aimaient leurs fils. Et même s’ils pensaient avoir raison, ils ne l’obligèrent en rien à revenir au pays, et à reprendre les plans de son père. En réalité, une simple pensée occupait leurs esprits : Sean se rendrait lui-même compte de son erreur et reviendrait au pays. Ou pas…

❈❈❈❈❈

« Cette fois, ce sera une fille. » Un petit sourire naquit sur le visage de Sean. Lui aussi l’espérait. Ils avaient déjà deux garçons, et la présence d’une fille dans leur famille les excitait. Bien sûr, si la nature leur offrait un nouveau petit bonhomme, ils ne seraient en rien déçus, bien au contraire. Qu’importe le sexe d’un enfant, l’essentiel étant le bonheur qu’il offre à ses parents. « J’aimerais tellement avoir une fille, Sean ! On pourrait l’appeler Katie, ou Naomi ? Peut-être même Cindy. Ou encore Anya. C’est joli, Anya, non ? » Un nouveau sourire apparut sur le visage de l’homme. Il avait bien fait de rester avec elle et d’envoyer balader ses parents et leurs projets d’avenir pour lui. « Anya ? Sérieusement ? Tu ne trouves pas ça… » Il n’eut pas le temps, ni le courage de terminer sa phrase, vu le regard perçant de sa femme. « On a encore le temps tu sais. Et puis, on fera comme avec les garçons, non ? » « Tu ne trouves pas que décider au dernier moment c’est un peu… démodé ? » « Ah, parce que c’était à la mode autrefois ? Je n’en savais rien » dit-il taquin. Bonnie ne put s’empêcher de déposer un doux baiser sur les lèvres de son mari. Peut-être qu’ils devraient continuer ainsi et perdurer cette petite tradition qui consiste à décider d’un prénom lorsque le bébé se trouve dans leurs bras. Après tout, on ne change pas une équipe qui gagne.

« C’est quoi ça ? » demanda le petit Brody, âgé d’à peine trois ans. « Pas quoi, mais plutôt qui. » « Et c’est votre petite sœur, mes chéris. » « Elle est jolie » répliqua Kelly, l’aîné. « Les garçons, voici Karen. » Le plus jeune était fasciné par cette petite créature, toute enveloppée dans les bras de sa mère, tandis que Kelly lui, se sentait d’ores et déjà l’âme d’un grand frère protecteur. Quiconque lui ferait du mal aurait affaire à lui. C’était décidé. Et pourtant, le jeune garçon n’avait que cinq ans à cette époque. Mais il avait déjà ressenti la chose lorsque ses parents lui avaient présentés Brody, et depuis, ce sentiment n’était jamais parti. Quoiqu’il arrive, il serait là pour elle, tout autant qu’il était là pour son frère. « Tu avais raison, choisir un prénom le moment venu est loin d’être démodé » glissa Bonnie à l’oreille de son mari, ce qui eu pour effet immédiat de le faire sourire. « Et tu avais raison de vouloir si fort une petite fille, puisque nous l’avons enfin eu. » Mieux vaut tard que jamais, comme on dit. Il n’empêche que le couple avait eu dans l’idée d’essayer d’avoir une fille, coûte que coûte. Même si six garçons avaient précédés, ils n’auraient pas lâché l’affaire pour un sous. « Ahhh ! La voilà la petite puce ! » S’exclama Margaret, dite Maggs, la mère de Bonnie. « Me voilà enfin grand-mère d’une petite fille ! J’ai bien failli croire que les gênes des Bishop n’étaient capables d’engendrer uniquement des garçons ! » C’est avec un immense sourire qu’elle lâcha cette petite pique. Depuis toujours, elle avait aimé taquiner Sean. Non, en réalité, cela avait commencé lorsqu’il avait épousé Bonnie, pas avant. Mais c’était amical, et au fil des années c’était devenu un jeu entre eux. « La famille au grand complet ! » lâcha Nancy, la sœur de Bonnie, accompagnée de ses jumeaux de deux ans.

❈❈❈❈❈

Assise devant son bureau, la petite fillette de sept ans écrivait dans son journal. Elle avait reçu dernièrement un magnifique petit carnet qu’elle chérissait plus que tout. À cet âge-là, le seul moyen de côtoyer quotidiennement les mots étaient le journal. Dedans, elle gardait le moindre de ses secrets, et dès que son récit quotidien était terminé, elle prenait grand soin de cacher son précieux journal dans diverses cachettes. Chaque semaine, une nouvelle. Elle aurait bien changé tous les jours, mais après avoir fait une fois le tour de toutes les cachettes possibles, il ne lui restait plus énormément de solutions… A travers les mots, elle racontait ses journées, ses pensées, ses sentiments. Sauf qu’elle ne se rendait pas encore compte que les mots sortaient d’elle avec une facilité incroyable. Comme si elle se contentait d’écrire son nom. « Karen ? » Les mots s’emboitaient les uns aux autres, sans gêne aucune. On aurait presque dit un magicien tirant un ruban de son manteau. Un très long ruban qui défilait sous les yeux du public. « Karen ?! » Dans ces moments là, la fillette quittait la terre. Elle n’était plus consciente du monde qui l’entourait, et le pire aurait pu arriver à côté d’elle qu’elle n’aurait rien remarqué. Déjà à sept ans, lorsque son esprit, le stylo et le papier se retrouvaient combinés, plus rien n’avait d’importance. Elle entrait alors dans une sorte de transe. « Kaaaaareeen ! À table ! » Et ce n’était que lorsque son récit fut terminé que ses pieds se posèrent à nouveau sur la terre ferme, et qu’elle descendait alors diner avec sa famille, comme si de rien n’était. Car pour elle, rien n’était.

Des pleurs discrets mais non insonores se firent entendre de la chambre de la demoiselle. Le seul qui les entendit fut Kelly, qui passait juste devant. Son instinct protecteur prenait le dessus. Il avait aujourd’hui quinze ans et protégeait son frère et sa sœur du mieux qu’il le pouvait. Car les enfants se font bien souvent du mal, sans s’en rendre compte. Imaginant le pire et inspirant profondément, il toqua dans la chambre de sa sœur et y pénétra avant même d’avoir sa réponse. Le choc fut immédiat… « Keeeeellyyyyy ! Mufasa est mooooort ! » « … » « Scar l’a tué, tu te rends compte ! » « C’est pour ça que tu pleures ? » « Bah oui, pour quoi d’autre ? » « … » « Tu réalises que son propre frère l’a tué ? » « Pas vraiment, mais une chose est sûre. Ca ne nous arrivera jamais, à nous. » Un petit sourire s’afficha sur le visage de Karen qui fit immédiatement pause. La mort de Mufasa l’a rendait tellement triste qu’elle avait toujours besoin d’un break avant de continuer le dessin animé. A neuf ans, Karen avait dû voir ce dessin animé un nombre incalculable de fois. Au point qu’elle en connaissait la moindre réplique par cœur. C’est donc avec plaisir que ses copines et elle s’amusaient toujours à couper le son, et à citer elles-mêmes le texte. « On s’aime trop, tous les trois. » « Brody m’aime ? » « Bah oui, pourquoi tu poses la question ? » « Pour rien… » « Karen… » « Bah, c’est juste qu’il m’embête tout le temps, tu vois. Et puis, il fait des bêtises mais il dit toujours que c’est ma faute. » « Sacré Brody hein ! Mais ce n’est pas pour ça qu’il ne t’aime pas, crois-moi. » « Merci Kelly ! » Une petite étreinte, bien que légèrement humide suite aux larmes de la jeune fille qui n’avait pas cessées de couler. Le jeune garçon ne tarda pas à se lever, mais lorsqu’il arriva à mi-chemin de la porte, il se retourna afin d’adresser un dernier mot à sa sœur. « Encore une chose soeurette. Si jamais tu as un problème, n’importe lequel, tu n’hésites pas à venir me voir, hein ? » Pour toute réponse, un simple hochement de tête. Mais c’était déjà beaucoup.

❈❈❈❈❈

Karen avait à présent onze ans. Elle était heureuse tout comme sa famille au grand complet. Brody avait alors quatorze ans, et se montrait de plus en plus téméraire. Il fallait dire qu’il avait toujours adoré l’action, le mouvement. Il n’était pas figé, ni dans le temps ni dans l’espace. Brody aurait peut-être même pu être qualifié d’hyperactif, à l’époque. En même temps, il découvrait le monde de l’adolescence. Il y avait tant à faire… Quant à Kelly, il avait à présent seize ans, ainsi qu’un talent indéniable pour s’attirer des ennuis. Ce soir-là, la fillette se retrouva dans le salon, plantée devant ses parents. « Papa, maman, j’ai une question à vous poser. » « Oui ma chérie ? » « C’est quoi de la dogue ? » « De la quoi ? » demanda Sean, histoire d’être sûr. « De la dogue. Ou togue. Quelque chose comme ça… J’ai pas bien compris. » Bonnie et Sean se regardèrent immédiatement, surpris par la question de la demoiselle. « Est-ce qu’elle veut dire de la drogue ? » chuchota Bonnie à son mari. « OUI ! C’est ça le bon mot ! Qu’est-ce que c’est ? » Le couple écarquilla les yeux. « Où en as-tu entendu parler ? » « C’est Kelly qui en parlait, au téléphone. Et si Kelly en prends, moi aussi je veux en prendre ! » Autant vous dire que la suite n’était pas vraiment jolie-jolie. Sean s’empressa de monter à l’étage tandis que Bonnie essayait calmement d’expliquer ce que ce mot voulait dire. Pas en détail, bien sûr. Elle s’était contentée d’un simple « c’est très mal, comme du poison. » et le tour avait été joué pour elle. En revanche… Kelly en prit pour son grade, et c’était normal. Mais le jeune homme était en pleine « crise d’ado » comme on dit. Aussi, après s’être moult fois battus contre des camarades de classe, pour diverses raisons, rien d’étonnant à ce qu’il fréquente les mauvaises personnes et se laisse entraîner dans cette expérience… Quelques heures plus tard, Karen, se rendant compte que son frère s’était fait disputé par sa faute, mais ne comprenant pas bien toute la situation, frappa à la porte de la chambre de Kelly. Aucune réponse. Elle réitéra sa tentative, mais encore une fois, le jeune homme l’ignora. C’est timidement qu’elle poussa la porte et entra, tandis que Kelly était allongé sur son lit et fixait le plafond, bras croisés sous sa tête. « Dehors. C’est pas le moment Karen… » lâcha-t-il sans même la regarder. « Je sais que c’est de ma faute si tu t’es fais engueulé… Je suis désolée Kelly… » « Dehors, j’te dis ! » « Je t’ai entendu parler de ça, et… Je voulais savoir ce que c’était, pour en prendre et être aussi cool et forte que toi… Je suis désolée Kelly. » La fillette alla faire demi-tour quand son frère l’interpela. « Tu penses ce que tu dis ? » « Bien sûr. Tu sais, quand des garçons m’embêtaient à l’école, c’était toujours toi qui leur disait d’aller voir ailleurs, et que s’ils continuaient ça allait mal se passer. Pas Brody. Toi. Et puis, tu es le grand-frère, et les grands-frères, c’est toujours cool. » Un petit sourire s’afficha sur le visage du jeune garçon. « Mais pourquoi tu en prends, de cette… drogue… si c’est du poison ? C’est ce que maman a dit, en tout cas. » « Je croyais que ça me rendrait cool. » « Mais tu l’es déjà ! » « Je ne le savais pas avant que tu me le dises, tu sais ? » Heureusement, les querelles de familles ne duraient jamais longtemps.

« Kaaaareeeen ! On va être en retard ! » La fillette, en pleine écriture de son journal, s’empressa de terminer sa phrase et de fourrer son carnet dans son sac à dos, avant de descendre les escaliers à toute allure. « Je suis prête ! » lâcha-t-elle fièrement. « Alors en voiture ! » Et la demoiselle s’exécuta aussitôt. C’était l’heure du week-end mensuel chez leur tante Nancy, et, des trois enfants, c’était sûrement celle qui attendait avec la plus grande impatience ce rendez-vous. Disons surtout qu’elle adorait les trajets en voiture, et en famille ! C’était toujours sympa de chanter des chansons, de raconter des blagues, de jouer à des petits jeux concernant le paysage… En tout cas, cela lui faisait très plaisir, et elle adorait vraiment ça. Elle aimait toujours imaginer les longs trajets, car de Woodlands à Austin, il ne fallait pas non plus des heures, mais elle laissait souvent ses pensées vagabonder, et imaginait un trajet de cinq heures voire plus, en famille. « On est arrivés. » lâcha Brody, assis à côté d’elle, ce qui eu pour effet de la ramener sur terre. Tante Nancy était déjà sur le pas de la porte, avec ses quatre enfant. Oui, elle avait eu deux nouveaux enfants depuis. Un garçon, et une fille, avec qui Karen s’entendait très bien, même si elle avait déjà onze ans. Une fois les affaires sorties du coffre de voiture, installées voire même déballées, la demoiselle se planta devant la fenêtre de la chambre d’amis qu’elle partageait avec ses frères, et regarda dehors. Austin n’était pas une ville aussi charmante que Woodlands, mais elle l’aimait bien quand même. Son regard fut bientôt attiré par une fillette en train de jouer, juste à côté. Karen ne l’avait jamais vu auparavant. Aussitôt, elle se rua au rez-de-chaussée et alla interroger sa tante. « Tante Nancy ? » « Oui ma chérie ? » « Je viens de voir une fille à côté, mais je ne l’ai jamais vu avant. Tu sais qui c’est ? » Afin de ne pas dire de bêtise, Nancy se dirigea vers la fenêtre et vit la fillette. Elle se retourna et sourit à Karen avant de lui répondre. « Oui, c’est la fille de Mr Hepburn, Aleysia. » « Aleysia ? » « Oui, c’est joli comme prénom, tu ne trouves pas ? » Pour toute réponse, Karen se contenta de hocher la tête. « Elle vient d’arriver il y a quelques semaines. Elle va vivre avec son père, maintenant. Ses parents ont divorcés, je crois. Enfin, je n’en sais pas beaucoup plus. » continua-t-elle tout en balayant l’air de sa main lorsqu’elle arriva à la fin de sa phrase. « Tu peux aller jouer avec elle, ma chérie. » Il n’en fallait pas plus à Karen pour qu’elle se rue dehors et aille se présenter. Ainsi débuta une grande et belle amitié.

❈❈❈❈❈

« Tu te rends compte ! Il m’a largué comme une vieille chaussette ! » Au téléphone, Aleysia en direct d’Austin tandis que Karen était à Woodlands. Elles avaient beau être éloignée physiquement, elles ne perdaient pas le contact. « Le pire, c’est que juste avant, il m’a fait tout un cinéma du style : mais on se reverra, l’amour à distance j’y crois. Et puis, Austin ce n’est pas si loin, on se verra souvent. Bref tu vois le genre. » Karen avait dix huit ans cette année-là, et une fois son diplôme en poche, elle irait étudier à la fac à Austin. Aleysia la rejoindrait en temps voulu, mais elles seraient plus proches et pourraient passer des heures ensembles si elles voulaient. C’était ce dont Karen avait besoin. Sans oublier que Brody était parti étudier elle ne savait plus où, et que Kelly travaillait comme apprenti mécano dans un garage de la ville. Ses frères étaient occupés, et dans la vie active, tandis qu’elle allait y rentrer. Sans oublier que vivre avec deux frères n’étaient pas chose aisée. Elle avait besoin de présence féminine, et surtout celle d’Aleysia. « Vivement la fac, moi je dis… Et j’ai tellement hâte de te revoir ! Tu te rends compte, Aley, on pourra se voir à tout moment ! » Rien qu’en y pensant, un énorme sourire illuminait son visage. Qu’elle avait hâte ! « Comment va la famille ? Ah Génial. Oui, ça va bien ici aussi. Brody vient le week-end prochain je crois. Bof, j’étais toujours collée avec Kelly tu sais. Plus qu’avec lui en tout cas. » C’était vrai et ça n’avait jamais changé. Kelly était le protecteur, Brody était l’aventurier qui cherchait à se surpasser, et à surpasser les autres. Tandis que Karen était plus du genre rêveuse. Autrement dit, Brody et Karen n’avaient jamais formé cul et chemise, malheureusement. Au contraire, leurs caractères avaient tendance à ne pas trop s’associer. Mais ils s’aimaient tout de même, et c’était tout ce qui comptait. Les mois passèrent, et la demoiselle finit par s’installer à Austin. Elle avait une chambre sur le campus, et attendait impatiemment que le temps passe, afin qu’Aleysia la rejoigne.

Et l’année passa rapidement. Aussi, bientôt la meilleure amie de la demoiselle ne tarda pas à venir elle aussi à la fac. Ainsi naquit la colocation des deux meilleures amies. Autant vous le dire tout de suite, Aleysia et Karen ne furent jamais aussi proches qu’à cette époque de leur vie. À tel point que Karen fit quelque chose qu’elle n’avait jamais fait auparavant. « Aley ? Tu te souviens quand on était plus petite, tu me voyais souvent écrire dans mes carnets, et je ne t’ai jamais dis ce que c’était, ni laisser lire tout ça. » Aleysia opina du chef tandis que Karen cherchait en elle le courage de continuer. « En réalité, ce n’était qu’un journal, au début. Et puis après j’ai commencé à écrire des petites histoires, en général des fanfics, histoire d’avoir un univers de base. Et j’ai enchaîné, comme ça. Tout s’est engrené, et j’adore ça. J’adore écrire ! » Karen, qui avait auparavant les mains derrière son dos, les sortit de leur cachette et présenta à Aleysia plusieurs cahiers, grands formats. Tous étaient remplis de son écriture, de ses mots, de ses histoires. « Et voilà où j’en suis aujourd’hui. Je ne me trouve pas douée pour un sous, mais j’aime écrire et j’aimerais toujours ça. Aujourd’hui, le temps était venu de t’en parler. C’est loin d’être un secret d’état mais personne ne sait tout ça à part toi. Pas même Kelly. Je précise parce que je sais que tu te poses la question » ajouta-elle en souriant. En réalité, elle n’en avait jamais parlé à son frère aîné. Et il n’avait jamais cherché à savoir ce qu’elle fabriquait avec tous ces cahiers non plus. C’était tant mieux, de son point de vue. « Donc voici mes écrits, divers et variés, dirons-nous. Et si tu veux les lire, tu peux. En tant que meilleure amie, de longue date qui plus est, je pense que tu as droit à ce privilège, si j’ose dire. Bon, encore une fois, je te préviens, c’est vraiment pas génial, mais bon… » Voilà, elle l’avait fait. Elle avait dévoilé son petit secret personnel à sa meilleure amie. C’était bien la première à avoir écho de toute cette histoire. Mais Karen ne lui avait pas encore dit son rêve secret. En réalité, elle avait voulu le faire, mais les mots étaient restés coincés dans sa gorge, comme si en les prononçant à voix haute, elle se rendrait compte de la stupidité de ce rêve et surtout du peu de chance qu’il y avait pour qu’il se réalise. En le gardant pour elle, elle osait encore y croire. Mais Aleysia saurait. Elle savait toujours.

LA SUITE AU POST SUIVANT


Derrière l'écran...
PSEUDO OU PRENOM : Anne-Sophie, plus connue sous le pseudo de burning candles, mais ici, vous me connaissez sous différents pseudos : Chandler, Asher, Havana...
AGE : 20 ans (pfiou, ça passe !)
PAYS : La france, j'ai pas encore bougé depuis
COMMENT AS-TU CONNU FITK ? C'est une longue, grande et belle histoire d'amour
UN MOT DE LA FIN ? Vous connaissez la série Chicago Fire ? C'est trooooop bien, je suis amoureuse


Dernière édition par Karen Bishop le Mar 23 Oct - 14:25, édité 14 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Karen Bishop
→ messages : 2646
→ job : Institutrice
→ quartier : Panther Creek
→ avatar : Gemma Arterton
→ crédit : lis le sur l'avatar
→ multinick : anciennement Chandler, Asher, Sawyer & Havana


a pinch of salt
→ âge du perso: 25 ans.
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 19:03




Durant les prochaines années de sa vie, il n’y a rien de particulier à signaler. Une histoire d’amour ? Oui, elle en a eu. Même plus d’une. Mais toutes se sont soldées de la même manière : un échec. Elle avait parfois même du mal à comprendre pourquoi, elle qui se sentait bien avec tel ou tel jeune homme. Mais au fond, elle n’était jamais satisfaite. Pas totalement en tout cas. Peut-être était-elle trop exigeante ? Peut-être que demander un homme qui l’aimait comme elle était, et qui ne s’énervait pas à tout bout de champ parce qu’elle passait des heures à écrire dans ces « foutus » cahiers et/ou carnets était trop ? Peut-être que l’intimité du secret était de trop, elle aussi. Car elle n’avait jamais voulu montrer ses écrits à quiconque, sauf Aleysia bien sûr, et certains de ses ex lui en avaient apparemment tenu rigueur, au point de la quitter. C’était stupide, mais l’un ou l’autre l’avaient réellement fait. Et puis il y avait eu des histoires qui n’avaient tout simplement pas marchées. Pourquoi ? Fallait-il vraiment une raison ? Parfois, il n’y en a pas. Certains couples ne fonctionnent pas, malgré une bonne entente. Au contraire de ce que l’Homme croit, il n’y a pas toujours de raisons à tout. Il y a certaines choses qui ne s’expliquent pas, comme celle-ci. En bref, aucune réelle histoire d’amour. Tout du moins, aucune d’assez sérieuse pour en parler ici. Chose dont sa famille entière s’amusait à lui faire remarquer, d’ailleurs. « Alors Karen, toujours pas de petit-ami potentiel à nous présenter ? » « Euh… Pas vraiment. » « Rappelle-nous, comment ça s’est terminé déjà, avec Liam ? » « Je ne suis jamais sortie avec un Liam, Brody… » « Autant pour moi. Quel était son nom déjà ? Vous savez, il adorait l’équitation ! » « Julian, mais il buvait beaucoup trop de cafés. » « Mais non, ça c’était Matthew… » Karen soupira, leva les yeux au ciel en se disant que sa famille ne changerait jamais, et se racla la gorge afin de leur rappeler sa présence dans la pièce. Sauf que cela ne semblait absolument pas les perturbés. Ils ne semblaient même pas avoir entendu… « Mathias ! C’était Mathias, le français, qui aimait l’équitation. Julian passait ses dimanches à jouer au golf. Matthew buvait trop de cafés. Steven jouait au loto une fois par semaine. Ryan était fan de football. Declan m’a largué au lycée. Travis ne pensait qu’à sa guitare. Et Oliver me trouvait trop enthousiaste. On a fait le tour, voilà. »

Quelque peu vexée, car elle avait tendance à prendre la mouche très rapidement, Karen avait filé dans son ancienne chambre. Ce week-end en famille l’avait enchanté, tout comme l’idée de retourner à Woodlands quelques jours. Parce qu’il faut savoir qu’après ses années de facs avec Aleysia, la belle était restée à Austin. Elle était tombée sous le charme de cette ville et n’avait pas voulu la quitter. Toc, toc. La brunette poussa un soupir s’imaginant bien le genre de conversation qui allait se produire. « Entrez… » avait-elle murmuré. Mais quelques secondes plus tard la porte s’ouvrit. Son interlocuteur avait-il réellement entendu sa permission ou n’était-ce qu’un hasard parmi tant d’autres ? En voyant le visage de Kelly, la brunette opta pour la première solution. « Ca va soeurette ? » « Tu vois, c’est exactement ce dont je te parlais quand on était gosses. Tu te souviens ? Quand je te disais que Brody avait le don de m’enfoncer ? » « Il est comme ça. Il n’a pas peur des conséquences, et je crois qu’il aime te pousser à bout. » « Dit tout de suite qu’il aimerait que je hurle dans toute la baraque. » Aussitôt, les deux se mirent à sourire. « J’ai vingt trois ans. Je n’ai peut-être pas de petit-ami mais j’ai toute la vie devant moi. Je suis jeune, j’en profite. Ce n’est pas parce que Monsieur le courageux pompier a trouvé sa belle à Seattle depuis des lustres que je dois en faire autant. » « Tu as raison. » « Et toi alors ? » « Quoi moi ? » « Ahh donc tu as rencontré une fille, n’est-ce pas ? » Elle le connaissait par cœur, son Kelly. « Peut-être. » « Raconte-moi tout au lieu de tourner autour du pot idiot ! » Après avoir poussé un léger soupir, feignant le secret mondial, Kelly se mit enfin à lui cracher le morceau. « Elle s’appelle Sally, elle a un ans de moins que moi. On s’est rencontrés au garage. Elle avait un petit souci au niveau du moteur, tu vois ? » « Honnêtement ? Non, mais continue ! » « La semaine d’après, alors que le souci était réglé, elle m’a appelé. Elle disait qu’elle était tombée en panne, qu’elle ne comprenait pas comment c’était arrivé. » « Elle t’a fait le coup de la panne ! J’adooore ! » « Exact ! Ca fait deux mois qu’on se voit maintenant. Mais je n’en ai parlé à personne, jusqu’à maintenant. » « Tu veux un conseil ? Dis-le à Brody en dernier ! » Sur ce, ils éclatèrent de rirent. « Tu sais soeurette, toi aussi tu trouveras quelqu’un de bien. Ca prendra le temps que ça prendra. Et si tu veux, je peux toujours aller casser la gueule à Mathias, Matthew, Julian et les autres. » « N’importe quoi ! Mais ta première partie était gentille. »

De retour à Austin, tout allait pour le mieux dans le meilleur des mondes. Jusqu’à il y a six mois environ. C’est là que certaines choses commencèrent à basculer. Brody vivait toujours à Seattle avec sa fiancée – ce qui était nouveau – et bravait toujours le feu. Bref, de son côté, il n’y avait rien de particulier à signaler. Kelly avait épousé Sally, qui lui avait même fait deux beaux enfants, que Karen adorait par-dessus tout. En réalité, c’était surtout le petit surnom qu’ils lui donnaient qui lui plaisait. Kara. C’était sympa, non ? Kelly avait même racheté le garage à son propriétaire qui avait finit par prendre sa retraite. Il se débrouillait plutôt bien celui-ci. Mais le pire ne venait pas de ses frères. De ses parents plutôt. « Allo chérie ? » Sa mère. C’était toujours elle qui appelait quand quelque chose se préparait. Que ce soit bon ou mauvais d’ailleurs. « Oui ? » « Ton père et moi avons une grande nouvelle à t’annoncer. Ne quitte pas, je mets sur haut-parleurs. » Et voilà que Karen priait intérieurement, essayant de se préparer au pire. « Tu es toujours là ? » « Oui… » « Nous déménageons au Japon ! » WHAT ?! Aussitôt dit, les yeux de la brunette s’écarquillèrent comme jamais auparavant. Ils auraient littéralement et facilement pu sortir de leurs orbites… « Pardon ?! » « Ta mère et moi avons toujours eu ce rêve, tu le sais n’est-ce pas ? » commença Sean Bishop. « Qui plus est, cela fait des années qu’elle s’entraîne à parler Japonais… » « Et nous avons décidé de réaliser notre rêve avant qu’il ne soit trop tard. » continua sa femme. « Vous envoyez tout balader, comme ça, pour vous rendre à l’autre bout du globe, littéralement ? » « Et pourquoi pas ? » « Vous êtes tombés sur la tête récemment, ou… » « Karen Janet Bishop ! » « Par pitié maman, non, ne fais pas ça… » « Serais-tu en train de nous traiter de vieux, ton père et moi ? » « Ah bah si… Tu l’as fait… Et non, je ne vous traite pas de vieux. Je dis juste que c’est complètement cinglé comme projet. » Mais inutile de les raisonner… Le pire, c’était qu’elle était apparemment la seule à le penser. En direct de Seattle, Brody leur avait donné sa bénédiction. Kelly, quant à lui, toujours à Woodlands d’ailleurs, les avait encouragé à réaliser leur rêve. Ce n’était pas qu’elle ne voulait pas qu’ils le réalisent, mais c’était démentiel comme idée. Insane, voilà ce que c’était…

Cette nouvelle l’avait perturbée, elle devait bien l’admettre. Aussi, elle ne tarda pas à rendre visite à ses parents. Mais avant cela, elle fit un petit saut chez Kelly et sa famille. Elle fut accueillie par Sally, qu’elle appréciait énormément. Le coup de la panne, ça l’avait marqué. Puis, les enfants – Jason et Piper – vinrent lui sauter dessus, tout en l’appelant, comme elle l’adorait tant – « tante Kara ». Lorsqu’elle fut seule avec Kelly, elle ne tarda pas à lui dévoiler la raison de sa présence en ville. « Papa et maman m’ont dit, pour le Japon… Tu cautionne ça toi ? » « Karen… Ce sont eux les parents, ils font ce qu’ils veulent. Et je crois que réaliser ses rêves est important. » Il avait étrangement souligné sa deuxième phrase, tout en lui lançant un drôle de regard… Serait-il au courant pour ses écrits ? Non, pas possible… « Au Japon ! A l’autre bout du monde ! Tu les vois refaire leur vie à leur âge, s’adapter aux mœurs, se créer un cercle d’amis, et j’en passe ? » « Et pourquoi pas, hein ? » « Parce que… » « Nous y sommes ! » Peut-être avait-il raison au fond ? Mais était-ce vraiment raisonnable de déménager à l’autre bout du monde lorsqu’on a la soixantaine ? Non, pas vraiment. Mais le cœur a ses raisons que la raison ignore, n’est-ce pas ? « Pourquoi maintenant, d’abord ? » Le visage de Kelly se figea, un peu comme si elle lui avait dit qu’elle pouvait parler aux fantômes… « Quoi ? » « Ils ne t’ont pas dit ? » Un froncement de sourcil, un changement de position, des questions pleins la tête. « Dit quoi ? » « Et m*rde… » « Kelly ! Qu’est-ce qu’il y a ? » « Non, c’est pas à moi de te le dire… » « Kelly !! »

Il le lui avait tout de même dit. En même temps, elle l’avait harcelée pour le savoir… Et il avait commencé, il n’avait qu’à finir, voilà sa logique. Ni d’une ni de deux, elle avait filé jusqu’à la maison de ses parents. Remontée à bloc, elle se précipita chez eux, et à peine la porte était-elle ouverte qu’elle se mettait déjà à leur crier dessus ! « MAGGS A L’ALZHEIMER ET VOUS NE M’AVEZ RIEN DIT !! » Le couple s’échangea un regard avant de faire entrer leur fille, et de la retrouver dans le salon. « C’est pour ça que vous partez hein ?! Parce qu’elle est malade ! Ca vous fait peur. Vous n’avez pas envie de vous en occupez, alors vous fuyez ! » « Chérie, ce n’est pas ça… » « Vraiment ? Alors pourquoi ne m’en avoir même pas touché un mot ?! » « Tu as ta vie à Austin, on ne voulait pas t’embêter… » « Vraiment ? Dans ce cas, j’imagine que Brody aussi ne le sait pas, non ? » Silence. Une mouche qui vole. De la fumée pourrait sortir de ses oreilles tant la brunette était en colère. Et pourtant, elle était toujours optimiste et prenait souvent sur elle avait d’exploser. Mais comme ici, quand elle le faisait, c’était correctement. « J’y crois pas ! » lâcha-t-elle en se laissant violement tombée dans un fauteuil. « Maggs est malade, c’est vrai. Nous ne te l’avons pas encore dit parce que tu es la plus sensible, celle qui ressent le plus de peine dans ce genre de situations... » « Ce n’est pas une raison. » « Il nous fallait du temps pour trouver nos mots, ainsi que le bon moment. » « Il n’y a jamais de bon moment, c’est bien connu. » « Toujours est-il qu’on a tout essayé depuis qu’on le sait, et… » « Quoi ? Qu’est-ce que vous avez essayé ? De l’envoyer en maison de retraite ? » « Ce n’était pas notre première option, loin de là, mais oui, nous lui avons également proposé cette option, et elle refuse de partir de sa maison. Kelly a même essayé de la convaincre de venir vivre avec Sally et les enfants. » « Vraiment ? Il ne m’en a pas parlé… » « Maggs est bornée. Elle refuse de quitter cette maison, dans laquelle elle a toujours vécu cela dit au passage, ce qui peut se comprendre d’ailleurs, et durant ces quelques semaines, elle nous a réellement fatigués. » « Alors vous prenez la fuite, c’est ce que je disais. » « On a besoin d’un break, c’est tout. » « Et Maggs a besoin d’aide et de surveillance. Le problème est loin d’être résolu… » Encore un silence, mais cette fois, il fut accompagné d’une idée de la part de la demoiselle. « Qu’allez-vous faire de la maison si vous déménagez réellement ? Et Maggs ? » « Bonne question » dit Bonnie tout en jetant un regard à son mari qui haussa les épaules. « Je vous l’achète ! » « Quoi ? » « Kelly a une famille, un garage à faire tourner. Il est donc très occupé. Brody est toujours à Seattle, et vous allez au Japon. Je vous achète la maison et j’y emménage. Comme ça, je suis là pour aider Maggs et l’assister. Elle sera sous surveillance. S’il y a une urgence, je serais là. » Un nouveau silence. Cette fois, les Bishop réfléchissent. L’idée n’est pas si mauvaise, ils s’en rendent compte. C’est tout ce qu’ils ont pour le moment en tout cas. Karen continue. « Maggs ne veut pas partir, très bien, elle n’a qu’à rester. Je viendrais. Vous serez heureux, Brody et Kelly aussi, et Maggs et moi également. C’est l’occasion d’un retour en source, qui plus est. » « Et de retrouver Aleysia aussi. » Évidemment. Toutes les pièces du puzzle étaient réunies. Tout la ramenait à présent à Woodlands. « On fait comme ça alors ? »

Et voilà. Cela fait un mois que Karen est en ville. Elle a vendu son appartement, elle a quitté Austin pour revenir aux sources. Maggs a été ravie de voir que sa petite-fille compatissait. C’est avec le plus grand plaisir qu’elle l’a accueillit dans la maison familiale. Voilà donc un mois que Karen est de retour dans la ville de son enfance. Elle a retrouvé Aleysia et Dorian, couple qui la rends totalement jalouse suite au bonheur et à l’amour infini qu’ils partagent. Un amour digne de celles qu’on trouve dans les livres. L’amour avec un grand A. Le vrai, l’unique, le seul amour, c’est le leur. Forcément, elle est un peu jalouse lorsqu’elle les voit si heureux, car elle aussi aimerait vivre une telle chose. Mais Kelly l’a dit, ça viendra. Et eux vont former une famille, d’ici peu. Karen est heureuse pour sa meilleure amie, heureuse que ce soit elle et non pas une autre, qui vive un rêve éveillé, un conte de fée. Aujourd’hui, Karen prend soin de Maggs, mais quand elle pense à l’avenir, elle a peur. La maladie de sa grand-mère n’est qu’à son début. Que deviendra leur quotidien quand elle aura évolué ? Brody vit toujours à Seattle avec sa bien aimée. Kelly n’a pas bougé non plus, toujours à Woodlands, et Karen et lui se voient régulièrement. Sean et Bonnie sont au Japon, et profitent. Jusque quand ? Allez savoir… La brunette a même trouvé un job – grâce à Aleysia, forcément. Étant toutes les deux institutrices, et Aleysia étant enceinte, c’est Karen qui la remplace, en attendant. Ce qu’elle ferra après ? Elle verra bien. Mais Woodlands est sa ville de cœur, ça, c’est sûr.

OHMYGAD, C'EST ENFIN FINI !


Dernière édition par Karen Bishop le Mar 23 Oct - 16:45, édité 11 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Aleysia Hepburn
→ messages : 5063
→ job : instit
→ quartier : alden bridge
→ avatar : nina dobrev
→ crédit : psychozee ; tumblr


a pinch of salt
→ âge du perso: vingt-quatre ans
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 19:12

Rererererebienvenuuuuuuuuuuuuuue
Vivement que tu termines ta fiche et qu'on RP ensemble

_________________
;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Karen Bishop
→ messages : 2646
→ job : Institutrice
→ quartier : Panther Creek
→ avatar : Gemma Arterton
→ crédit : lis le sur l'avatar
→ multinick : anciennement Chandler, Asher, Sawyer & Havana


a pinch of salt
→ âge du perso: 25 ans.
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 19:15

Nyaaaaaaaaaaaaaaaaaaaah
Je me sens tellement d'humeur à écrire suite à ce nouveau FITK, et ce nouveau perso, que je pourrais presque écrire un roman, littéralement. Haha (a)
promis, je me dépêche, et on se fait un rp qui tue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Hortense Storme
→ messages : 6891
→ job : VENDEUSE DANS UNE SUPERETTE (+ CHAUFFEUR DE TAXI)
→ quartier : CREEKSIDE PARK.
→ avatar : FREJA BEHA ERICHSEN.
→ crédit : PSYCHOTIC KID.
→ multinick : † BAPTISTE MULLER.


a pinch of salt
→ âge du perso: VINGT-QUATRE.
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 19:41

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fireinthekitchen.net/t2535-j-irai-cracher-sur-vos-tombes



Karen Bishop
→ messages : 2646
→ job : Institutrice
→ quartier : Panther Creek
→ avatar : Gemma Arterton
→ crédit : lis le sur l'avatar
→ multinick : anciennement Chandler, Asher, Sawyer & Havana


a pinch of salt
→ âge du perso: 25 ans.
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 19:42


(fois mille.)
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Dorian Hopkins
→ messages : 2760
→ job : psy
→ quartier : alden bridge
→ avatar : paul wesley
→ crédit : (c) delta; tumblr


a pinch of salt
→ âge du perso: vingt-cinq ans
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 19:43

    Faithlander

_________________


All that he had of her was his memory, where he held every moment, every single moment that she had been his. That was all he had, to keep out the loneliness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Karen Bishop
→ messages : 2646
→ job : Institutrice
→ quartier : Panther Creek
→ avatar : Gemma Arterton
→ crédit : lis le sur l'avatar
→ multinick : anciennement Chandler, Asher, Sawyer & Havana


a pinch of salt
→ âge du perso: 25 ans.
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 19:53

Tu vois, Babar, quand je te disais que Dodo adoré, il continuait toujours à m'appeler Faithlander
& Dodo, il nous faudra un nouveau lien qui tue
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Dorian Hopkins
→ messages : 2760
→ job : psy
→ quartier : alden bridge
→ avatar : paul wesley
→ crédit : (c) delta; tumblr


a pinch of salt
→ âge du perso: vingt-cinq ans
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 20:03

    bah oui, j'y peux rien, dans ma tête tu seras toujours Eliza (même si Gemma est canoooon ). et j'aime savoir que tu parles de moi
    quant à notre lien, crois moi, il va envoyer du bois !

_________________


All that he had of her was his memory, where he held every moment, every single moment that she had been his. That was all he had, to keep out the loneliness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Karen Bishop
→ messages : 2646
→ job : Institutrice
→ quartier : Panther Creek
→ avatar : Gemma Arterton
→ crédit : lis le sur l'avatar
→ multinick : anciennement Chandler, Asher, Sawyer & Havana


a pinch of salt
→ âge du perso: 25 ans.
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 20:05

Tu sais, au fond, je reste toujours Chandler aussi hein Elle m'a manqué ces derniers temps, d'ailleurs. Tout comme Ashounet !
Comment ne pas parler de toi, aussi hein ?
J'en suis persuadée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Hortense Storme
→ messages : 6891
→ job : VENDEUSE DANS UNE SUPERETTE (+ CHAUFFEUR DE TAXI)
→ quartier : CREEKSIDE PARK.
→ avatar : FREJA BEHA ERICHSEN.
→ crédit : PSYCHOTIC KID.
→ multinick : † BAPTISTE MULLER.


a pinch of salt
→ âge du perso: VINGT-QUATRE.
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 20:06

Ben oui mon petit bouchon, tu monopolises tous les mps entre Karen et moi..
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fireinthekitchen.net/t2535-j-irai-cracher-sur-vos-tombes



Dorian Hopkins
→ messages : 2760
→ job : psy
→ quartier : alden bridge
→ avatar : paul wesley
→ crédit : (c) delta; tumblr


a pinch of salt
→ âge du perso: vingt-cinq ans
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 20:07

    YES !

_________________


All that he had of her was his memory, where he held every moment, every single moment that she had been his. That was all he had, to keep out the loneliness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Hortense Storme
→ messages : 6891
→ job : VENDEUSE DANS UNE SUPERETTE (+ CHAUFFEUR DE TAXI)
→ quartier : CREEKSIDE PARK.
→ avatar : FREJA BEHA ERICHSEN.
→ crédit : PSYCHOTIC KID.
→ multinick : † BAPTISTE MULLER.


a pinch of salt
→ âge du perso: VINGT-QUATRE.
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 20:08

WE CAN ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fireinthekitchen.net/t2535-j-irai-cracher-sur-vos-tombes



Karen Bishop
→ messages : 2646
→ job : Institutrice
→ quartier : Panther Creek
→ avatar : Gemma Arterton
→ crédit : lis le sur l'avatar
→ multinick : anciennement Chandler, Asher, Sawyer & Havana


a pinch of salt
→ âge du perso: 25 ans.
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 20:11

Je vous aiiiiiiiiiiiiiiiimes
Vous m'avez tuée
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Azylis Swan
→ messages : 1185
→ job : guichetier(e) au Cinemark
→ quartier : Sterling Ridge
→ avatar : Abbey Lee Kershaw
→ crédit : bazzart
→ multinick : Nope.


a pinch of salt
→ âge du perso: 20 ans.
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 20:18

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fireinthekitchen.net/t2523-azylis



Karen Bishop
→ messages : 2646
→ job : Institutrice
→ quartier : Panther Creek
→ avatar : Gemma Arterton
→ crédit : lis le sur l'avatar
→ multinick : anciennement Chandler, Asher, Sawyer & Havana


a pinch of salt
→ âge du perso: 25 ans.
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Lun 22 Oct - 20:21

I love you
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Esther Deakin
→ messages : 246
→ job : Architecte mais écrit aussi un livre.
→ quartier : Sterling Ridge.
→ avatar : ROONEY MARA.
→ crédit : Eylika.


MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Mar 23 Oct - 9:41

ANNOUUUCHEEE !
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Invité
Invité


MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Mar 23 Oct - 10:45

HAITIIIIIIIIIIII !!!! Cette fois-ci, ça sera une pénétration dans les toilettes entre hétérosexuels. On aura tout fait dans cet avion ! :arrow: :arrow:

Revenir en haut Aller en bas



Karen Bishop
→ messages : 2646
→ job : Institutrice
→ quartier : Panther Creek
→ avatar : Gemma Arterton
→ crédit : lis le sur l'avatar
→ multinick : anciennement Chandler, Asher, Sawyer & Havana


a pinch of salt
→ âge du perso: 25 ans.
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Mar 23 Oct - 12:18

LEOUUUUUUUUUUCHE

OHMYGAAAD ! Tu m'a tuée Léon On réserve déjà les places ? (a) *SBAAF*
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Aleysia Hepburn
→ messages : 5063
→ job : instit
→ quartier : alden bridge
→ avatar : nina dobrev
→ crédit : psychozee ; tumblr


a pinch of salt
→ âge du perso: vingt-quatre ans
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Mar 23 Oct - 15:44

Mais j'aimeeeeeeeeeee (ton histoire hein, pas les passe-temps traumatisants qui occupent vos vols)

_________________
;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Karen Bishop
→ messages : 2646
→ job : Institutrice
→ quartier : Panther Creek
→ avatar : Gemma Arterton
→ crédit : lis le sur l'avatar
→ multinick : anciennement Chandler, Asher, Sawyer & Havana


a pinch of salt
→ âge du perso: 25 ans.
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Mar 23 Oct - 15:50

C'est pas traumatisant du tout comme passe-temps ! Et puis, Léon et moi (oui, bon, Sam & Gemma...) on partage la même affiche (littéralement !) donc, forcément, on entretient une relation privilégiée
Mais ça me fait plaisir ! Et j'ai pas encore finiiii ! J'ai passé les cinq pages, mine de rien...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Aleysia Hepburn
→ messages : 5063
→ job : instit
→ quartier : alden bridge
→ avatar : nina dobrev
→ crédit : psychozee ; tumblr


a pinch of salt
→ âge du perso: vingt-quatre ans
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Mar 23 Oct - 17:57

Ca y est ! J'ai tout lu, j'aime, et puis je valide

_________________
;
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Dorian Hopkins
→ messages : 2760
→ job : psy
→ quartier : alden bridge
→ avatar : paul wesley
→ crédit : (c) delta; tumblr


a pinch of salt
→ âge du perso: vingt-cinq ans
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Mar 23 Oct - 17:58

    Toi et moi, on va s'entendre

_________________


All that he had of her was his memory, where he held every moment, every single moment that she had been his. That was all he had, to keep out the loneliness.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Karen Bishop
→ messages : 2646
→ job : Institutrice
→ quartier : Panther Creek
→ avatar : Gemma Arterton
→ crédit : lis le sur l'avatar
→ multinick : anciennement Chandler, Asher, Sawyer & Havana


a pinch of salt
→ âge du perso: 25 ans.
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Mer 24 Oct - 11:57

Je vous aiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiiimeuuuuuuuuuuh
C'est pas la première fois que je vous le dis, mais ça résume tellement la chose que bon.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen   Aujourd'hui à 4:25

Revenir en haut Aller en bas
 

ma plus douce espérance est de perdre l'espoir ❈ Karen

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire in the Kitchen :: PREMIERS PAS :: join the community :: Présentations validées-