AccueilAccueil  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  




Partagez | 
 

  L’art est un jeu d’enfant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage


avatar
Mae-Ann Reynolds
→ messages : 346
→ job : Artiste peintre : Woodlands Art League
→ quartier : Creekside Park
→ avatar : Ashley Smith
→ crédit : Satellite Haze


a pinch of salt
→ âge du perso: 24 ans
→ fiche de relations:

MessageSujet: L’art est un jeu d’enfant.    Lun 2 Sep - 19:39

 L’art est un jeu d’enfant.  
 Slavador et Mae-Ann
fiche par ©century sex  

Il était déjà tard et une jeune blonde errait encore dans les couloirs de la Woodlands Art League. Elle n'entendait que le bruit de ses pas et, aussi étrange que cela aurait puisse paraître à n'importe qui normalement constitué, cela ne faisait naître en elle aucune angoisse. On était samedi. Il y avait son frère à la maison. Ce qui voulait dire qu'il s'acharnerait sur elle ce soir. Ce qui voulait aussi dire qu'elle passerait un mauvais week-end, comme tous les autres week-ends depuis quelques mois maintenant. Alors elle préférait rester travailler tard. Laissant son imagination, ses rêves et ses fantasmes colorer les toiles blanches qui se dressaient devant elle. Elle adorait peindre. C'était quelque chose qu'elle faisait très bien, sans aucune prétention.

Elle était dans l'atelier peinture. Elle avait mis son tablier plein de peinture et avait entamé une toile. On entendait plus que le bruit du pinceau sur la toile vierge. Mae-Ann était heureuse. Sauf le week-end. Mais elle était heureuse comme une gamine. Elle profitait de la vie. Alors pourquoi ce coup de blues ce soir ? Elle savait que plus elle tarderait à rentrer, plus son frère serait en colère. Parfois il lui arrivait de prier pour qu'il change. Elle ne lui demandait pas de l'aimer, non, elle voulait juste qu'il lui fiche la paix. Alors s'il le fallait, elle resterait là jusqu'au lendemain matin. Elle n'avait pas encore tout régler dans son nouvel atelier alors autant rester ici. Bercée par les tableaux suspendus aux murs.

Maintenant on n'entendait plus que la voix douce voix de Mae chantonnant une vieille chanson. Plus que sa voix et...des clés qui tombent. La jeune blonde se figea, toute couleur déserta son visage. Son frère n'aurait pas osé venir jusqu'ici. Mais alors qui ? Elle déposa son pinceau et se retourna. C'est alors qu'elle vit Salvador dans l'embrasure de la porte. « Mon Dieu, tu m'as fait une des ces peurs ! » Elle posa sa main sur sa poitrine fermant les yeux. Elle se demanda une seconde si elle avait cru qu'elle tomberait sur un voleur ou quelqu'un dans ce genre. Elle n'eut pas la réponse. « Je pensait être seule. Je..j'étais en train de peindre un peu. Que fais-tu encore ici, il est un peu tard !? » lui demanda t-elle en souriant. Sourire, c'était la deuxième chose qu'elle faisait bien.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fireinthekitchen.net/t2838-mae-ann-i-see-your-true-colours-that-s-why-i-love-you#71551


avatar
B. Salvador Khan
→ messages : 75
→ job : Photographe.
→ quartier : /
→ avatar : Marlon Teixeira
→ crédit : sweet disaster


a pinch of salt
→ âge du perso: 26 ans
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: L’art est un jeu d’enfant.    Dim 8 Sep - 13:32

Empressement.

Je souris. Devant moi, le message qui indiquait que j'avais remporté la vente. Victoire. Je me retint tout juste à ne pas sauter de joie face à ma nouvelle acquisition. Internet, la meilleure brocante de tous les temps, une grande récréation. C'était presque trop simple, parfois. Mais bon, tant qu'il restait de la place sur mes étagères pour y faire trôner mes appareils … Surtout les argentiques. Les modèles derniers cris avaient du pedigree question pixels et tout ça … Mais le charme d'une photo argentique les battait tous.
Bon, le truc, c'est qu'il fallait aller à Houston pour l'obtenir. Mais pour l'appareil, j'aurais pu aller bien plus loin. Je fis l'aller-retour en un temps record, fier d'avoir le Graal entre les mains, pressé de le faire miroiter et d'en obtenir le meilleur. Le vendeur avait beau être sympathique, je n'avais pas fait long feu, trop impatient de le tester. Mais avant tout, et malgré l'heure tardive, je fis un saut à l'Art League.
Dans l'empressement, je manquais le coche et mes clés se fracassèrent par terre. C'était bien ma veine. Je les ramassais, en constatant que la porte n'était pas verrouillée. Et pour cause - quelqu'un s'y trouvait. L'atelier était éclairé, et des effluves que j'attribuais à la peinture me parvenaient. L'odeur avait embaumé les pièces, mais ce n'était pas désagréable. Je refermais la porte et m'approchais de la source de lumière, alors que la jeune peintre qui s'y trouvait, Mae-Ann, les doigts tâchés de mille couleurs, avouait avoir eu la frousse. Bien joué Salvador, elle a failli y passer à cause de toi et de ta maladresse chronique.

- Désolé, ce n'était pas mon intention … Mais je ne pouvais dissimuler l'éclair de joie qui trahissait mon amusement dans ma voix. Mae-Ann me semblait toujours calme et détendue lorsqu'elle peignait, la secouer un peu étirait mes lèvres. J'arrivais enfin près d'elle, de sa toile.

- Et tu l'étais, seule … Et je pourrais te retourner la question, il est tard, que fais-tu ici ? Mais ma question était rhétorique. Elle était en train de peindre, même l'idiot du village aurait pu me le dire. Les peintres étaient tous bizarres. Certains s'enfermaient, d'autres s'exposaient. Certains n'avaient aucun talent, d'autres en avaient subitement après leur décès. Certains se droguaient, certains peignaient la nuit. Mon regard se perdit un instant sur la toile, déjà parée de ses feux multicolores. Elle avait un sacré don, sa toile promettait d'être magnifique, une fois terminée. Je passais faire un saut pour voir s'il restait des pellicules. Ta toile est d'ors-et-déjà sublime. Pour appuyer mes propos, je filais dans le coin réservé aux photographes, juste à côté. Nous étions plusieurs artistes à nous partager les lieux, certaines parties étaient communes, d'autres personnelles, d'autres pour le public. Mais pas de pellicules. Sans plus d'émotions, j'en pris une dans l'étagère étiquetée de Kara, notant dans un coin de mon esprit de la lui remplacer - et de la prévenir. Puis je revenais sur mes pas. Doucement. Pour ne pas déranger la blonde dans son travail. Pour pouvoir l'observer travailler, comme on observe un papillon posé tout près.
Elle était appliquée. Répétait les mêmes mouvements sans lassitude. Je ne bougeais pas, et je ne savais pourquoi. Le spectacle qu'elle offrait était hypnotisant, d'une certaine manière. Intéressant.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Mae-Ann Reynolds
→ messages : 346
→ job : Artiste peintre : Woodlands Art League
→ quartier : Creekside Park
→ avatar : Ashley Smith
→ crédit : Satellite Haze


a pinch of salt
→ âge du perso: 24 ans
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: L’art est un jeu d’enfant.    Jeu 12 Sep - 20:45

 L’art est un jeu d’enfant.  
 Slavador et Mae-Ann
fiche par ©century sex  

Elle sourit au compliment et dans un moment d'intense réflexion, recula de quelques pas pour avoir une vue d'ensemble sur sa toile. Oui, elle allait sûrement être jolie. Assez pour faire partie des tableaux de la prochaine exposition qu'elle voulait faire. « Merci, ça me touche. » Et le laissa s'éloigner et elle se remit à ajouter des couleurs au tableau. Presque perdu dans cet infini arc-en-ciel de peinture. Elle était déjà ailleurs mais sentait le regard de Salvodor sur elle. Sans se retourner elle lui dit : « Tu me regardes. » Quelle perspicacité Mae-Ann. Se rendant compte de la quasi-absurdité de ses propos elle finit par lui faire face. « Enfin...Ce que je veux dire c'est que je n'ai pas l'habitude que les gens me regardent peindre. » Elle sourit timidement, chose qui lui arrivait très rarement.  Devant lui, elle se sentait comme une petite fille devant quelqu'un qu'elle admire. D'un côté c'était la cas. Le travail de Salvador lui mettait des étoiles plein les yeux.  

Elle ne se rappelait pas la première fois qu'elle avait vu une exposition. Mais elle se rappelait qu'un jour, elle avait vu une vieille dame peindre une toile devant elle. Mae-Ann était resté assise à côté de la vieille dame tout le long et avait admiré chacun de ses mouvements. Elles avaient beaucoup parlé ce jour là et cette vieille dame lui avait donné son premier pinceau. Sur le coup, Mae ne savait pas trop quoi en faire, mais elle l'avait accepté et elle l'avait toujours gardé. Comme un porte- bonheur. Elle avait alors décidé de faire des études d'art et de ses spécialiser dans la peinture. Elle rendait souvent visite à cette vieille dame, qui, maintenant était devenue assez âgée. Elle  était quasiment la première invitée à toutes ses expositions. Aux expositions de Salvador elle ressentait le même sentiment d'admiration que celui qu'elle avait ressenti ce jour-là avec cette vieille dame.

« Est-ce que tu comptes prendre des photos à cette heure tardive ? » demanda t-elle en désignant les pellicules. Mae-Ann avait déjà fait des portraits depuis le début de sa carrière, mais elle n'avait jamais su ce qu'était qu'être modèle et elle se surprit à vouloir qu'on la prenne en photo. Chacun avait ses moments d'inspiration et ses petits secrets. Certains écrivains se mettait à écrire alors qu'ils étaient au bord du sommeil. Certain peintre s'isolait jusqu'à ce que la toile soit finie. Jouer au photographe la nuit ferait sûrement naître de beaux clichés.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fireinthekitchen.net/t2838-mae-ann-i-see-your-true-colours-that-s-why-i-love-you#71551


avatar
B. Salvador Khan
→ messages : 75
→ job : Photographe.
→ quartier : /
→ avatar : Marlon Teixeira
→ crédit : sweet disaster


a pinch of salt
→ âge du perso: 26 ans
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: L’art est un jeu d’enfant.    Dim 22 Sep - 18:12

Feinte.

Tapi au creux de l'ombre, dans un recoin, j'observe le ballet du pinceau sur la toile. Ses doigts enserrant le petit morceau de rêve. Ses lèvres me dénonçant. Je souris à l'obscurité, je n'avais pas l'intention de la déranger, au contraire. J'avançais dans le cercle brillant formé par les néons sans âme, jouant avec la pellicule vierge au creux de ma paume. J'avançais, hésitant, vers l'épicentre de la beauté. Qui aurait cru qu'il suffisait de poudres colorées et d'une surface blanche pour faire naître des parcelles de merveille ? Je me sentais petit face à l'artiste et à son œuvre, même si j'étais debout et elle tournée vers moi, posée sur son tabouret.
Ainsi, elle n'avait pas l'habitude qu'on la regarde peindre. Je suis de trop, je peux le comprendre : elle peignait à des heures tardives, où elle était sûre d'être seule et pas dérangée. Je lui avait déjà fait peur à mon arrivée … Maintenant que j'avais ce que j'étais venu chercher, je pouvais disparaître. Avec, dans un coin de ma tête, un peu plus de couleurs.

- Si je te dérange, je vais partir alors.
J'esquisse un pas vers la sortie, un pas pour avoir une meilleure vue sur la toile. Je traînais, je n'étais pas pressé. Je me demandais d'où venait ce talent, cette passion pour la peinture. Quel plaisir, ou tout autre sentiment, elle éprouvait lorsque ses doigts étaient tachés de couleurs, quand elle imaginait une peinture dans son sommeil. Quand son regard se posait sur une œuvre en construction. Je supposais que c'était très différent des impressions que l'on a derrière un appareil photo. Il y a beaucoup plus de préparation pour une toile, le temps consacré à l'œuvre est plus long, et on peut modifier la qualité du résultat un nombre de fois incalculable. Alors qu'en photographie, même si on peut modifier des paramètres, et retoucher les photos numériques, on ne peut pas développer de licornes bleues sous un soleil vert et une lune rouge simultanément, et tout ça au beau milieu de l'océan. Alors qu'en dessin ou en peinture, on peut le faire. C'est une autre dimension de la liberté que la plupart des artistes recherchent.
La voix de Mae-Ann me fit m'arrêter, alors que je me tournais vers la sortie. Est-ce que j'allais faire des photos maintenant ? Eh bien, si on prenait en compte le fait qu'il fasse presque nuit dehors … J'allais devoir attendre demain - à mon plus grand regret, je ne contrôlais pas encore le temps ou le soleil.

- Bah, je crois que là, c'est un peu tard. Il fait trop sombre dehors. A moins que je ne prenne des photos ici, si tu penses pouvoir le supporter... Un malin sourire s'empara de mon visage. Photographier la liberté d'une toile. Photographier les artistes était quelque chose que j'appréciais faire, les arts se mêlant et s'entremêlant pouvait donner un résultat pitoyable quand on s'y prenant mal, mais plus généralement, on mettait en valeur le meilleur des deux arts. Mais il faudrait un peu plus de lumière blanche, de lumière crue, de lumière artificielle pour mettre les salles de l'Art League en valeur sur la pellicule de mon nouveau graal. Je me dirigeais droit dans la salle d'exposition toute proche, taisant les ombres d'un geste, révélant les joyaux exposés et leur clartés.
Alors, qu'en dis-tu, on joue ? Nuit, jour, avec ou sans moi ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur


avatar
Mae-Ann Reynolds
→ messages : 346
→ job : Artiste peintre : Woodlands Art League
→ quartier : Creekside Park
→ avatar : Ashley Smith
→ crédit : Satellite Haze


a pinch of salt
→ âge du perso: 24 ans
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: L’art est un jeu d’enfant.    Dim 13 Oct - 14:31

 L’art est un jeu d’enfant.  
 Slavador et Mae-Ann
fiche par ©️century sex  

Curiosité.
Il l'avait piquée à vif. Elle reposa son pinceau le voyant séloigner et elle se mordit les doigts pour réfélchir, tout en fixant le sol comme s'il était la plus belle choses au monde. Elle faisait ça souvent quand elle était en pleine réflexion. Finalement elle le suivit dans la salle d'exposition, ne sachant ni quoi dire, ni quoi faire. Ce sentiment d'être une petite fille face à lui commenççait sérieusement à lui peser. Elle qui avait généralement confiance en elle, elle perdait quasiment toute assurance quand elle était confronté à Salvador. Pourquoi ? Elle n'aurait probablement jamais la réponse.

Elle l'observa attentivement et de plus en plus, l'envie d'être devant cet objectif se renforçait. « Salvador » annonça t-elle lentement. « Si je te parle de quelque chose, tu promets de ne pas... enfin, de prendre le temps de réfléchir à ce que je te dis avant de dire non ? » Elle fixait le sol avec intensité maintenant. « J'avais envie de faire quelque chose de nouveau pour ma prochaine exposition, mais je suis à cours d'idée. Sauf, que te voir avec cet appareil photo m'a donné une idée brillante. » Elle commençait à trop parler et si elle continuait sur cette voie elle finirait par s’emmêler les pinceaux. « Ce que j'essaie de te dire c'est que j'aimerais bien... qu'on combine nos travaux. J'ai pas encore d'idée précise, mais si on travail sur un ou plusieurs thème précis, une exposition qui associe photographie et peinture pourrait être intéressante. » Finalement elle posa ses yeux dans les siens. « Non ? Enfin...» demanda t-elle.

Elle passa une main dans ses cheveux, qui laissa sur son passage un trait multicolore dans sa chevelure blonde. Elle se mordit le bout des doigts encore une fois et regarda autour d'elle. « Je peux être ton modèle? En fait, je dois dire que j'en meurs d'envie. » finit-elle par admettre.

Spoiler:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.fireinthekitchen.net/t2838-mae-ann-i-see-your-true-colours-that-s-why-i-love-you#71551


avatar
B. Salvador Khan
→ messages : 75
→ job : Photographe.
→ quartier : /
→ avatar : Marlon Teixeira
→ crédit : sweet disaster


a pinch of salt
→ âge du perso: 26 ans
→ fiche de relations:

MessageSujet: Re: L’art est un jeu d’enfant.    Mer 16 Oct - 18:03

Immobile.
La lumière nous révéla une partie  des oeuvres de l'Art League. La partie exposé dans cette salle, majoritairement des peintures ou des tableaux moins conventionnels de taille similaire. Enjolivés par les spots blanc qui les surplombaient. Et moi, l'appareil à la main, je cherchais la beauté.
Je m'éloignais encore de quelques pas, l'oeil attiré par une oeuvre en tons de jaunes et bruns. Particulière. Je sentais aussi, plus que je ne la voyais, Mae-Ann se tortiller sur sa chaise, un peu gênée. Il n'y avait pas de quoi être mal à l'aise, ses tableaux étaient superbes. Elle se releva finalement, et esquissa quelques mots. Une demande, une requête, une envie, une idée. Je l'écoutais, promis d'un signe de tête de réfléchir à ce qu'elle me dirait quand elle le demanda, et l'écouta, frêle, murmurer presque, rompant le silence de la salle.
Lorsqu'elle m'exposa ses idées les unes après les autres, je souriais. Son idée me tentait bien. Faire une exposition en mêlant nos arts respectifs, en mêlant son talent au mien, ça me tentait même drôlement. Et même si elle m'a fait promettre d'y réfléchir plus d'un quart de seconde, j'acquiescais.

- Avec plaisir !  Non, c'est une très bonne idée ! Seulement … Dans ma tête, je voyais déjà le rendu, les peintures se fondant dans les photos et les prises de vues se succédant aux esquisses de gouache. Mais il y avait pas mal de contraintes à ce projet, aussi magnifique soit-il sur le papier. Seulement, il nous faut un point d'ancrage, pour débuter. Tu travailles sur quoi, en ce moment ?Hmm … mauvaise approche. Je rectifiais le tir aussitôt : Qu'est-ce que tu as envie de faire ? Quel thème t'inspire ? Elle n'était peut-être pas inspirée là tout de suite, mais si elle me proposait un truc pareil, elle avait sûrement d'autres idées derrière la tête. Il fallait que je sache exactement où je posais les pieds. Surtout après avoir accepté ...
Elle me répondit presque aussitôt, poussée par l'envie et un semblant de gêne que j'attribuais à l'embarras d'exposer ses envies. Elle me répondit qu'elle adorerait être mon modèle pour ce projet. En plus de ses oeuvres, comprenais-je par là. Elle me rappelait Azylis et notre séance improvisée dans le parc. Une artiste, elle aussi.

- Oui, bien sûr, je ne vais pas te laisser mourir ! Mais … ça implique que je doive poser nu sans bouger pendant cinq heures ? Parce que je crois que moi, je ne serais pas un très bon modèle... Pour la nature morte, t'arrives un peu tard. Et puis, je ne serais jamais capable d'être immobile pendant autant de temps. Nous noterons qu'en revanche, je n'ai apparemment aucun problème avec la nudité. Surtout dans le cadre artistique. Bon sinon, la vanne pourrie, on repassera ...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur



Contenu sponsorisé


MessageSujet: Re: L’art est un jeu d’enfant.    

Revenir en haut Aller en bas
 

L’art est un jeu d’enfant.

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Fire in the Kitchen :: THE WOODLANDS :: out and about :: Woodlands Art League-